Association de Science Régionale De Langue Française
Actualités
WALTER ISARD NOUS A QUITTE
WALTER ISARD 1919-2010
La science régionale est en deuil : ce 4 novembre Walter Isard, son fondateur, nous a quittés calmement après quelques mois de maladie. L’ayant bien connu, comme étudiant, collaborateur et récemment lors d’une semaine à Genève, je me permets d’écrire cette petite note sur sa vie et sa carrière.
Né à Philadelphie en 1919, dans une famille d’immigrants, Walter illustre le succès du rêve américain : il peut faire de brillantes études, diplôme avec distinction de la Temple University en 1939, étudiant à Harvard University et à l’University of Chicago, il s’intéresse aux cycles économiques, aux modèles mathématiques et à la localisation des activités économiques, un
domaine novateur. Il travaille, pour terminer son doctorat, au National Planning Resources Board, puis rejoint W. Leontief dans son projet de recherche interindustrielle à Harvard. C’est là qu’il va donner le premier cours en théorie de la localisation et en développement régional dans le Département d’Economie.
Très dynamique il organise plusieurs colloques, pluridisciplinaires, une nouveauté à l’époque, en recherche régionale. Le succès est rapide puisqu’en 1954 au colloque des Associations de Science Sociale à Détroit, il crée avec 60 chercheurs, une association indépendante, la Regional Science Association. Et il devient professeur associé d’Economie Régionale au M.I.T., avant de devenir, en 1956, professeur au Département d’Economie de l’University of Pennsylvania, chargé du Graduate Group in Regional Science, qui deviendra en 1958 le Regional Science Department, le berceau de l’enseignement de la discipline.
A partir de cette date Walter va devenir l’ambassadeur mondial de la science régionale, avec son journal le Journal of Regional Science qu’il crée. Dès 1960 il voyage régulièrement de l’Europe à l’Asie, formant de nouvelles associations. Le premier congrès européen a lieu en 1962 et l’ASRDLF sera fondée quelques années plus tard. Walter, qui avait traduit en anglais les oeuvres des pionniers allemands des théories de la localisation, connaissait bien les milieux germaniques, qui lanceront le premier Summer Institute à Karlsruhe. Par contre le français n’était pas sa langue préférée !
En 1979 il part à Cornell University où il restera professeur jusqu’à sa retraite à plus de 85 ans. Le Regional Science Department de l’Université de Pennsylvanie ne survivra pas à ce départ ! Mais la diffusion de la pensée de Walter se poursuit, grâce à ses livres et aux associations nationales et internationales, dont la Regional Science Association International fondée en 1991. Il faut dire que les manuels de Walter avaient pavé le chemin : Location and Space Economy (1956), Methods of Regional Analysis (1960), General Theory (1969), Methods of Interregional and Regional Analysis (1998), des livres qui restent les fondamentaux de la science régionale.
Musicien pianiste aimant le jazz, recevant ses étudiants à la maison de Drexel Hill avec son collègue Ben Stevens qui l’accompagnait à la basse, Walter était un homme modeste, discret, mais chaleureux. Par idéologie religieuse il était toujours soucieux de paix, de désarmement.
Il faut rappeler que, pendant la deuxième guerre mondiale il a travaillé comme objecteur de conscience, en hôpital psychiatrique, et que parmi ses oeuvres plusieurs concernent la paix dans le monde. Il a d’ailleurs créé la Peace Research Society, qui deviendra la Peace Science
Society.
Walter Isard aura marqué le XXe siècle, par sa présence, ses publications (plus de 20 livres et 300 articles), son art de diriger, coordonner, et lancer des idées. Dans le monde entier ses élèves le regretteront, mais il a tracé la voie.
Antoine Bailly